Par Gaël Gueguen

En s’appuyant sur les résultats du Tour de France cycliste, cette étude montre que les différences culturelles entre coureurs d’une même équipe n’ont pas d’impact sur la performance. Un constat qui, sous certaines conditions, est transposable au monde du travail où les questions de diversité font encore l’objet de débats.

Dans quelle mesure peut-on transposer au sport, notamment le cyclisme, certains concepts bien connus du management (collaboration au sein d’une équipe, stratégie, concurrence, etc.) ? L’objectif final étant de mieux comprendre le fonctionnement du cyclisme, mais également, par effet de ricochet, d’améliorer notre connaissance de l’entreprise. Début de réponse avec les travaux de Gaël Gueguen, qui se demande si la diversité culturelle des équipes participant au Tour de France (évaluée notamment par le nombre de pays représentés) impacte leurs résultats sportifs.

La diversité, un risque pour la cohésion d’équipe

Le sport de haut niveau nécessite de faire appel aux meilleures ressources, qu’elles soient humaines ou matérielles. Pour un budget donné, une équipe de haut niveau recherchera les meilleurs athlètes possibles et sera donc incitée à faire son recrutement au sein d’un marché mondial. Dans le cadre du Tour de France, où l’internationalisation des équipes s’est accélérée ces dernières années, on constate ainsi entre 1987 et 2009 une diminution de la part des pays « terres de cyclisme » (France, Italie, Espagne, Belgique et Pays-Bas) au profit d’équipes constituées de cinq nationalités différentes ou plus. Et la tendance se confirme puisqu’en 2015, pour la première fois, une équipe sud-africaine et deux Erythréennes participaient au Tour. Mais cette mondialisation qui touche le sport professionnel n’est pas sans risque : la diversité culturelle peut poser des problèmes de coordination (difficultés de compréhension mutuelle par exemple quand les langues parlées au sein des équipes varient) et nuire à la cohésion des coureurs (différences de valeurs et d’attitudes). La question est d’autant plus cruciale dans le cyclisme, discipline pour laquelle l’importance des sponsors et le caractère mondial des compétitions, impose parfois de recruter des sportifs étrangers parce que leurs pays sont ciblés par les marques.

Dans le cyclisme, la diversité culturelle ne nuit pas à la performance

Doit-on privilégier, au sein des équipes de haut niveau, des sportifs de cultures proches ou peut-on s’affranchir de cette dimension ? Un groupe focalisé sur une tâche précise et composé de ressources complémentaires rares (grimpeurs exceptionnels, sprinteurs, rouleurs hors-pair, ou leaders plus polyvalents …) devant se coordonner en situation de compétition, ne risque-t-il pas de souffrir d’une trop grande diversité de ses membres ? Il semble que non. La diversité culturelle n’a aucun impact sur les résultats sportifs. Les coachs d’équipes cyclistes peuvent privilégier la valeur d’un coureur, quelle que soit sa nationalité, sans avoir à craindre une différence culturelle forte. Explication possible : le professionnalisme des coureurs et de leurs managers compensent les problèmes de coordination. En effet, comme la synchronisation des efforts de chacun est supervisée par un directeur sportif, les rôles des membres de l’équipe sont parfaitement définis. L’entraînement régulier permet par ailleurs de transformer chaque tâche des cyclistes en routine parfaitement maîtrisée.

Du cyclisme au monde de l’entreprise, il n’y a qu’un pas

Une entreprise est composée de ressources humaines rarement homogènes : sexe, âge, expérience, nationalité, salaires, etc. L’importance de ces différences est-elle plutôt favorable ou défavorable à la performance des équipes de travail ? L’analyse des travaux sur la diversité dans l’entreprise montre des résultats contradictoires. Par exemple, la diversité des membres d’une équipe peut dans certains cas accroître sa créativité et améliorer la prise de décisions (les opinions diverses favorisant l’émergence de bonnes idées). Dans d’autres, elle peut nuire à la cohésion, à la confiance et à la communication avec pour corolaire une hausse des tensions et des conflits. L’absence de lien entre diversité culturelle et performance dans le cyclisme peut-elle aider à mieux comprendre ce qui se passe dans l’entreprise ? Sans doute, mais sous certaines conditions. L’épreuve du Tour de France est en effet un cas d’étude bien particulier, ce qui limite sa généralisation. D’abord parce que, dans le cyclisme professionnel, les membres des équipes sont extrêmement spécialisés. Ensuite parce que l’épreuve reine du cyclisme met en compétition des équipes seulement composées de leurs neuf meilleurs éléments parmi la trentaine de coureurs sous contrat (et non de la totalité de son effectif, comme c’est le cas au sein d’une entreprise).

Reste que la méthodologie utilisée peut parfaitement être transposée pour étudier l’impact de la diversité culturelle des équipes de top managers sur la performance des multinationales. Une approche intéressante alors que de plus en plus d’entreprises diversifient leur comité exécutif à mesure qu’elles se développent à l’international. Dans une multinationale comme L’Oréal, par exemple, le recrutement de managers issus de pays divers est considéré comme le principal facteur de succès des lancements de produits dans les pays émergents. Et pour limiter le « syndrome Tour de Babel »*, les équipes multiculturelles sont organisées autour d’un leader qui, grâce à ses propres expériences dans des pays variés, sait gérer les tensions interculturelles**.

 

* Difficulté à coordonner les efforts en raison des différentes langues parlées dans l’équipe.
** “L’Oréal Masters Multiculturalism » de Hae-Jung Hong et Yves Doz (Harvard Business Review, juin 2013).

Par Gaël Gueguen et l’article « Diversité culturelle et performance des équipes sportives de haut niveau : le cas du Tour de France », (Management International, 2011).
Applications pratiques
Même si le cyclisme est une activité bien spécifique, notamment en raison d’une très forte spécialisation de tous les participants, les résultats de cette recherche peuvent être appliqués au monde de l’entreprise sous certaines conditions. Dans le cas d’équipes réunissant des collaborateurs dont les rôles sont bien définis et ayant des tâches dédiées, on peut considérer que la diversité culturelle (mais c’est sans doute également le cas pour d’autres différences comme le genre, l’origine, l’âge, l’éducation …), ne nuit pas à la performance collective. Comme dans le cyclisme, une culture spécifique à l’équipe et transcendant les frontières culturelles est même susceptible d’apparaître.
Méthodologie
Afin de déterminer si la diversité culturelle nuit à la performance, j’ai analysé les résultats de 487 équipes (4 375 coureurs) ayant participé à 23 Tours de France entre 1987 et 2009. Il s’est appuyé sur plusieurs indices permettant de qualifier l’hétérogénéité culturelle des équipes (en se basant notamment sur le nombre de pays représentés). L’objectif était de comparer la performance des équipes cyclistes (leurs résultats) et leur niveau de diversité culturelle grâce à la méthode de la régression linéaire qui vise à mesurer la force des liens entre plusieurs variables explicatives et une variable à expliquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *